« Les femmes à la barre !... | Accueil | Terrorisme et contrôle des banlieues »

21 février 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ces idées me semblent tout à fait généreuses et dignes d'examen. Mais il ne faut pas oublier la dimension européenne et la nécessité de créer une défense européenne digne de ce nom donc crédible.

Bonjour,
D'accord, je comprends pourquoi vous avez laissé un com sur mon blog : j'ai l'impression que vous aimez la mer et les bateaux ;-P).
Il y a des choses intéressantes dans votre note (calamiteuse intervention US en Irak par exemple) , et d'autres avec lesquelles je ne suis pas tellement d'accord.
Des stages de voiles et autres activités pour des jeunes désoeuvrés, qu'ils soient dans nos banlieues ou en Irak, c'est bien gentil mais je ne veux pas en supporter le coût. Désolé mais je fais partie de la génération qui s'efforce de ne pas trop régresser socialement et d'offrir un cadre de vie décent à ses enfants, tout en devant payer retraites, sécu, dettes et autres joyeusetés.
Je ne me sens pas responsable du sort d'un sous-prolétariat haineux et inassimilable, c'est un peu fatigant d'être toujours prié de passer à la caisse.
Par contre, ce qu'il faut inpérativement faire, c'est réduire le coût du travail, notamment peu qualifié, en baissant les charges sociales, donc en baissant les dépenses sociales.

Proton Jovial,

Tu écris « Des stages de voiles et autres activités pour des jeunes désoeuvrés, qu'ils soient dans nos banlieues ou en Irak, c'est bien gentil mais je ne veux pas en supporter le coût ».

Je suis bien d’accord avec toi ; J’ai suffisamment payé d’impôts, et de charges diverses, dans ma vie professionnelle, que je supporterais plutôt mal d’avoir à payer de nouveau pour des voyous en croisière car cela serait vraiment donner une prime à la délinquance !!!...

Mais à bord d’un navire, comme dans une société, il faut des matelots qui ont des responsabilités adaptées à leurs capacités, et c’est tout le sens de ce projet qui donner une formation humaine à tous les jeunes, y compris les plus humbles…

Et quand la carotte est belle, c’est beaucoup plus facile d’employer le bâton !!!...

Car l’éducation, c’est souvent une histoire de réflexes conditionnés basés sur le rapport EFFORT / GRATIFICATION ou CHÂTIMENT….

Il est beaucoup plus facile de châtier quand on donne beaucoup !!!....

Ne sous-estime pas ma volonté d’arriver à un contrôle de nos banlieues par la gratification, et la force….

Mais je souligne que ce projet sera réalisé POUR TOUS LES JEUNES, et c’est ce que je développerai dans les prochaines notes.

Concernant le FINANCEMENT DE GRANDS VOILIERS, je te recommande la lecture de la note Socialisme et corruption de ce Blog (catégorie Élections) et tu découvriras que je propose de RÉCUPÉRER LES INDEMNITÉS DE LA GUERRE DU GOLFE 90/91 QUI SEMBLE AVOIR ÉTÉ DÉROBÉES par François Mitterrand.

Car il faut savoir que cette somme représente actuellement près de 4,5 milliards d’euros, soit près de 100 hôpitaux, 100 lycées, ou encore 100 grands voiliers !!!....

Et j’attends toujours un démenti de Bercy…

Tu ne veux pas payer d’impôts pour des voiliers, mais que penses-tu de payer pour la fortune des Mitterrandiens (et peut-être d’autres…) ?...

Ce détournement de fonds devrait, vraisemblablement, être révélé au public avant le premier tour de la présidentielle, et c’est peut-être la raison principale qui fait que Sarko reste à l’Intérieur afin pouvoir gérer le bordel qui se prépare (il connaît très bien l’affaire…).

Pour ma part, comme ceci est mon dossier, je propose de construire des voiliers qui seraient suffisamment vastes pour posséder des salles de cours, pour les étudiants, et une exploitation par la ROYALE tout simplement pour une question de coût équipage (Création d’un service militaire volontaire…).

Et c’est ainsi que je n’ai pas du tout l’intention de payer des impôts supplémentaires pour financer ces navires car il suffit d’aller voir du côté des comptes bancaires, dans les paradis fiscaux, de certains de nos « très chers » dirigeants…

Très cordialement

jcd

Mais la paix "sociale" est déjà largement achetée par la subvention d'associations diverses et variées, même si l'encadrement et la responsabilisation n'ont rien à voir avec ce qui peut se passer sur un voilier. On paye déjà des impôts pour ça en d'autres termes.
Concernant le financement par la récupération de la prime détournée par notre ancien Premier Polygame, le principe est de ne pas affecter une recette fiscale donnée à une dépense précise.
De toute façon le système est en train de couler avec ses déficits.
D'ailleurs cette histoire de détournement de prime (payée par le Koweit si je me souviens bien) m'était inconnue. Etonnant d'ailleurs de la part d'un homme d'une probité exemplaire ;-P).
Je vais regader ta note à ce sujet.

La “paix sociale “est une illusion qui peut être remise en cause à n’importe quel moment…

La délinquance, en France, et dans les autres pays européens, est en augmentation continue quoiqu’en dise le ministère de l’Intérieur…

Il suffit de vivre dans un quartier de banlieues de Toulouse, que je connais, pour se rendre compte que la situation s’est considérablement dégradée depuis 2 à 3 ans…

Pour l’argent à récupérer sur la fortune de l’Arsouille les fonds iraient évidemment dans la comptabilité publique, et ce serait aux Français de décider s’ils veulent d’un tel projet de voiliers…

Il serait souhaitable de demander, en priorité, aux jeunes s’ils aimeraient partir en tour du monde, comme cela se fait à l’École Navale, pour des études universitaires, par exemple…

Ou encore s’ils aimeraient traverser l’Atlantique.

J’ai fait un rapide calcul, cela ne serait pas si cher que cela, et nous formerions des citoyens de « caractère » et c’est ce qui nous manque.

Car nos dirigeants actuels aiment surtout avoir des veaux à leur disposition ; c’est quand même plus facile pour diriger, et se servir dans la caisse en toute impunité…

Il est évident que si nous formons des individus d’un caractère fort, courageux, indépendant, par la navigation en haute mer, la situation pourrait devenir rapidement intenable pour les dirigeants indélicats.

C’est la principale raison pour laquelle ce type de projet n’a jamais été développé par un État, quel qu’il soit, car les citoyens deviendraient progressivement libres ce dont ne veulent pas les pouvoirs en place.

C’est la raison de la politique d’assistanat actuel dans les banlieues qui n’a pour vocation que de faire des assistés, ou des soumis à n’importe quel type de pouvoir.

jcd

L'analyse n'est pas surréaliste, en tout cas mieux vaudrait ne pas avoir à la vérifier. Les idées sont généreuses mais une fois encore le délinquant bénéficie d'une discrimination positive par rapport au citoyen honnête. Ne vaudrait-il pas mieux utiliser l'excédent d'énergie de ces jeunes en les employant à la construction de logements qui, nous dit-on font défaut, à participer activement à la dépollution de nos campagnes, à l’entretien de nos cours d’eau ou à certains travaux saisonniers, il est en effet étonnant de devoir faire venir de pays voisins, du personnel pour effectuer chez nous des vendanges que les bataillons de l'ANPE ne jugent pas digne de leurs compétences. Bien sûr ce projet est moins bucolique qu’une croisière en haute mer mais serait tout aussi profitable pour la collectivité et leur propre formation, moyennant bien sûr un encadrement qualifié et contrôlé par l’état et non des associations dont le seul but serait de placer les amis des amis et capter une partie des subventions à leur profit, pardon, là je médis. Quant à l'argent du parrain, pardon de tonton, il pourrait participer à rembourser une partie de la dette qu'il a contribuer à créer.

Bonjour,

Merci pour ton commentaire sur mon blog que j'ai trouvé très intéressant. Moi aussi j'adore la Mer mais plus côté azur Méditerrannée. A très bientôt pour de nouveaux échanges, votre texte est bon et je le répète comparer porte-avions et Education Nationale est une énième navriude d'une candidate qui est une cruelle erreur de casting.

Aimcé,

Vous écrivez : « Les idées sont généreuses mais une fois encore le délinquant bénéficie d'une discrimination positive par rapport au citoyen honnête. »

Lisez bien mon texte, et vous verrez qu’il s’agir de contrôler les banlieues, et de le faire d’une façon humaine, et non de donner une prime à la délinquance à des voyous…

J’ajoute qu’il n’y a pas que des délinquants dans les banlieues, fort heureusement, mais si la situation continue à se dégrader, c’est ce qui nous attend….

C’est à nous de trouver les solutions.

Il y en a évidemment plusieurs, et assister des jeunes ce n’est pas leur rendre service.

Il vaut mieux les convaincre de faire les vendanges ou de travailler à construire des logements…

Mais tant que la drogue permettra à des jeunes - qui en deviennent d’ailleurs, selon des études de psychiatrie, complètement dépendants et abrutis - de gagner beaucoup d’argent sans rien faire, nous ne pourrons pas faire grand-chose…

C’est la raison pour laquelle ma proposition est de contrôler les banlieues avec une poigne de fer, dans un gant de velours, c'est-à-dire avec des grands voiliers…

jcd

Merengue,

Tu écris : « comparer porte-avions et Education Nationale est une énième navritude d'une candidate qui est une cruelle erreur de casting. »

Tout à fait, et bientôt nous aurons droit à des Jospinitudes du genre « fumer un pétard c’est moins dangereux que de conduire alcoolisé… »

D’ailleurs, il y a parfois des conducteurs qui conduisent alcoolisées, et sous l’effet de drogues…

Cela fait partie de l’irresponsabilité globale que notre société donne aux jeunes.

Le réveil risque d’être difficile…

Pour la navigation au soleil, j’ai le souvenir de nuits sur le pont d’un voilier, sous les tropiques, en regardant les étoiles, et je me dis que c’est quand même mieux que de vivre dans les clapiers que nous avons construits pour une partie de la population…

Très cordialement

jcd

Bonjour et merci de votre intervention sur mon blog .. les commentaires intéressants ne sont pas si fréquents. Je partage pour une bonne part vos analyses et les solutions proposées (grands voiliers...) même si on peut discuter des moyens à consentir et des modalités budgétaires de mise en oeuvre. Ce qui me fait sourire, c'est l'extraordinaire convergence des candidats à la présidentielle autour de la création d'un "service civique volontaire ou obligatoire". Ce sont les mêmes qui se félicitaient il y a dix ans de la suspension du service national (car rappelons-nous qu'il n'est que suspendu).. Mais, les Français ont la mémoire courte... Moi, je n'ai pas de mérite, j'ai passé 26 ans dans l'armée de terre et j'ai tout de suite pensé en 96 aux conséquences néfastes de la fin du service national sur l'intégrattion des jeunes dans la société et notamment celle des moins qualifiés et des moins intégrés par leur origine...
Donc, on pourrait très bien "réactiver" ce service national en le modifiant bien sûr et en en développant les formes civiles, humanitaires, civiques...et en privilègiant les formes "originales" comme celles que vous proposez et qui sortiraient les jeunes des cités de leurs ghettos..
Au plaisir d'en reparler,
Gérard JAULIN
Membre de l'UDF et d'Energies2007
candidat indépendant dans la première circonscription du Calvados
https://gerardjaulin2007.blogspot.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Email

  • euroclippers@yahoo.fr

Catégories

Clippers Français

Clippers français.

  • L'histoire des clippers français, ces splendides trois-mâts au long cours, construits en bois entre 1845 et 1875, à l'apogée de la voile, concerne de nombreux ports. Cet ouvrage décrit minutieusement la construction, l'armement, les cargaisons, les voyages, les performances, la manœuvre, l'entretien, l'avitaillement, la vie des équipages à bord et à terre dans le grand port normand. Magnifiquement et abondamment illustré de plans, schémas, tableaux et photos, cet ouvrage est aujourd'hui une référence pour tous les amateurs de culture et d'histoire maritimes.: Clippers français : Une histoire des voiliers de commerce rapide

Architecture navale : Connaissance et pratique

Chantiers navals

  • Chantiers navals STX France Cruise SA (St-Nazaire)
    STX France Cruise SA fait partie de la société STX Europe ASA dont le siège est basé à Oslo, Norvège. STX France Cruise est composée des chantiers navales de Saint-Nazaire et Lorient ainsi que 3 filiales : STX France Cabins SA et STX France Solutions SA et STX France LNG Technology SA. Le Groupe STX Europe est le plus important constructeur naval en Europe et l’un des 5 plus grands constructeurs mondiaux des navires de demain, innovants et répondant aux attentes de clients toujours plus exigeants.

La Royale

  • L'histoire illustrée de la Marine nationale française

Marine marchande

  • Les grandes mutations de la Marine marchande française (1945-1995). Tome 1

Les grandes mutations de la Marine marchande

  • Après avoir été détruite aux deux tiers de son tonnage pendant la seconde guerre mondiale, la Marine marchande française s'est reconstituée en moins de cinq ans. Elle a dû faire face, d'une part à la disparition de ses paquebots de ligne avec l'arrivée sur l'Atlantique nord des premiers avions long-courriers à réaction, d'autre part à la perte de substance du trafic des marchandises sur ses lignes traditionnelles, avec la décolonisation.:

Les Écoles Nationales de la Marine Marchande

Les grandes mutations de la Mar mar Tome 2

  • Jusqu'à la fin des années 1970, la flotte française a relevé le défi, multipliant son tonnage par trois et passant en 1975 du 10e au 9e rang mondial. Cependant, après 1980, aux effets de la deuxième crise pétrolière s'ajoutent d'autres facteurs négatifs dont l'absence d'une politique maritime stable. La Marine marchande française connaît alors une récession suivie d'une stabilisation dans les années quatre-vingt-dix.:

Porte-conteneurs

Porte-conteneurs.

  • Les cargos, aux cales non standardisées, sont remplacés par des navires porte-boîtes, de taille impressionnante. La conteneurisation des transports maritimes, débutée durant les années 1970, est une véritable révolution, un prélude à ce qu'on appellera plus tard la mondialisation. Elle emporte rapidement avec elle toute une tradition, transforme des métiers, en supprime d'autres, bouleverse l'architecture navale et les plans des ports, qui doivent s'équiper à grands frais pour recevoir les nouveaux porte-conteneurs…:

Marin-pêcheur

Marin-pêcheur.

  • Ils travaillent dans le froid de l'hiver, avec ses embruns glacés portés par le vent. Sur le pont de jour comme de nuit, ils dorment quand la Pêche le veut bien et, si le poisson est là, ils seront là aussi samedi et dimanche. Toujours avec les dangers de la fatigue, des manœuvres et de la mer. Quant au salaire ? Rien n'est sûr. Selon un principe fondateur de la profession, le pêcheur est rémunéré à la part, en fonction du volume pêché…:

Le dernier voyage du Victor Pleven

Le dernier voyage du Victor Pleven.

  • La plume alerte d’Alain Guellaff, ses dons d'observation, la sympathie qu'il partage avec les marins, lui permettent de peindre à merveille la vie à bord du chalutier, avec ses épisodes cocasses ou émouvants. Mais le jour où il met le sac à bord, il ne se doute pas qu'il sera le témoin d'une campagne exceptionnelle, historique. Une page d'histoire vieille de cinq cents ans, celle de la Grande Pêche à Terre-Neuve va se tourner définitivement…:

Cap-Horniers français Tome 1

  • Mémoire de marins des voiliers de l'armement Bordes

Cap-Horniers français - Tome 1.

  • Afin de raconter l'extraordinaire aventure humaine, maritime et commerciale des équipages de ces grands voiliers doublant le cap Horn pour ramener le précieux nitrate, et reconstituer l'histoire de la compagnie Bordes, Le Chasse-Marée et deux équipes de chercheurs chevronnés se sont attelés à la tâche pendant dix ans. La matière réunie s'est révélée si riche que sa publication nécessitera pas moins de trois gros volumes.:

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Cap-Horniers français Tome 2

  • Histoire de l'armement Bordes et de ses navires

Cap-Horniers français - Tome 2.

  • Grâce à la précieuse collaboration des descendants de la famille Bordes, qui ont mis à disposition leurs archives inédites, une impressionnante documentation originale a été réunie : livres de comptes, correspondances entre l'armateur et ses capitaines, dossiers techniques sur les navires, rapports de mer, nombreuses photos inédites, portraits de navires... Ces documents exceptionnels ont renouvelé profondément les connaissances sur l'histoire de ce grand armement de voiliers long-courriers. La " Maison " Bordes, fondée en 1868, possédait à la veille de la Première Guerre mondiale 17 trois-mâts et pas moins de 28 quatre-mâts !:

Les cap-hornières

Les cap-hornières.

  • C'est aux femmes de capitaines à bord des voiliers long-courriers, au tournant du XXe siècle qu'Etienne Bernet s'intéresse surtout, après un rappel historique de l'histoire des femmes autorisées à embarquer à moins qu’elles ne soient clandestines. L'auteur a pu identifier quarante-cinq épouses dont les histoires sont souvent dramatiques, sinon tragiques. Ces femmes de capitaines font preuve d'un courage qui en certaines circonstances a tenu de l'héroïsme…:

Carnets du Cap Horn

Carnets du Cap Horn.

  • Capitaine à vingt-cinq ans de l'un des plus beaux quatre-mâts français, le Brestois Pierre Stéphan, dont le petit-fils, Roland Paringaux, nous présente les Carnets, fera onze voyages autour du monde, les trois premiers avec sa jeune épouse, Marie-Jo, dont on lira également ici le journal de bord. Leurs témoignages, rares et pleins de vie, nous rappellent cette épopée un peu oubliée, qui prendra fin avec la Première Guerre mondiale.:
Blog powered by Typepad

Les voiliers du Nickel

  • Les voiliers du Nickel

Les plus beaux voiliers du monde

  • Les plus beaux voiliers du monde

Les plus beaux voiliers du monde.

  • Long-courriers, cap-horniers, caboteurs, voiliers de pêche, navires-écoles ou yachts classiques: ce magnifique ouvrage vous invite, autour de documents historiques et de plus de deux cents photographies, à découvrir les navires de légende... Belem, Cutty Sark, Pen-Duick, Shamrock, America, Boussole... autant de noms qui font rêver les amateurs de voile comme les néophytes. Ces voiliers mythiques, imaginés par l'homme pour voguer sur les mers du monde, fascinent tous ceux que fait vibrer l'appel du large...:

Les grands voiliers du monde

  • Les grands voiliers du monde

Phares

Phares.

  • Dans la lignée des grands ouvrages de fonds du Chasse-Marée, voici la première histoire complète du balisage et de l'éclairage des côtes de France. Dix ans de recherches dans les archives et de collectage auprès des ingénieurs, des gardiens et des marins des Ponts et Chaussées ont permis d'établir la première synthèse exhaustive de l'évolution des phares et balises, depuis les origines jusqu'à l'an 2000. Voici, siècle après siècle, racontée simplement mais dans le détail, l'histoire extraordinaire de notre signalisation maritime, depuis les premières tours à feu où l'on brûlait du bois jusqu'aux phares automatiques actuels…:

Lord Nelson

  • Lord_nelson_13
    Grand voilier pour les handicapés Longueur hors tout : 51,70 m. Longueur au pont : 43 m. Largeur : 8,5 m. Tirant d'eau : 4,1 m. Déplacement : 420 t. Voilure : 1035 m2. Moteur : 2 fois 260 CV.

Gorch Fock

  • Gorch_fock_11
    Voilier-école de la Marine allemande. Longueur hors tout : 89,30 m Longueur au pont : 81,20 m Largeur : 12 m Tirant d’eau : 5,25 m Hauteur du grand mât : 45,30 m Surface de voilure : 2037 m2 Nombre de voiles : 23 Ddéplacement : 1760 t Port d’attache : Kiel.

Cisne Branco

  • Stad_amsterdam_11
    Voilier-école de la Marine brésilienne. Longueur hors tout : 76 m Longueur au pont : 60,50 m Largeur max. : 10,50 m Tirant d'eau : 4,8 m Tirant d'air max : 46,50 m Surface de voile : 2195 m2 Vitesse au moteur : 11 kt Vitesse sous voile max : 17,5 kt Déplacement : 1038 tonnes Moteur principal: 1000 CV Propulseur étrave : 420 CV

Grands Voiliers

  • Clippers Français

Histoire du point astronomique en mer

Histoire du point astronomique en mer.

  • Jean-José Ségéric a écrit le livre qu'il aurait voulu lire lorsqu'il est entré dans la Marine marchande : un ouvrage menant de front l'histoire didactique des méthodes de positionnement du marin par les astres (histoire incluant celle de l'astronomie, et celle des sciences associées, mathématiques, optique, horlogerie), et la mise en perspective historique de ce volet technique. Autrement dit, l'histoire du point astronomique dans l'Histoire. C'est en effet l'Histoire qui révèle l'ampleur des enjeux du point astronomique - enjeux de la sécurité nautique, mais aussi commerciaux, géopolitiques et de civilisation - et l'on comprend mieux ainsi l'obstination que manifestèrent la France et la Grande-Bretagne des XVIIe et XVIIIe siècles à favoriser la recherche de solutions au problème de la longitude. Alors que les traités de navigation existant ne présentent que le point de 1875 par droites de hauteur et n'évoquent que les trois ou quatre mêmes noms passés à la postérité - Mercator, Kepler, Summer et Marcq Saint-Hilaire - le lecteur de ce livre découvrira la passionnante traque des solutions praticables par les marins, depuis les latitudes par la polaire des Portugais :

Ocean's Songs.

Ocean's Songs

  • Olivier de Kersauson est l'un des navigateurs français les plus connus au monde. Après dix années aux côtés d'Eric Tabarly, il est devenu le plus grand chasseur de records océaniques. Partant du principe que l'homme libre part pour apprendre et revient pour rendre compte, Olivier de Kersauson a décidé de raconter sa géographie maritime. Il fait le portrait de ses mers comme il pourrait dresser le portrait d'une femme. Il nous révèle, surtout, son destin singulier de skipper d'exception. : Ocean's Songs

Marin Marie, peinture et navigation

Vent dessus, vent dedans (Marin Marie)

Roger Chapelet

Roger Chapelet.

  • De tous les peintres de marine, Roger Chapelet est celui qui a le plus navigué, à bord clés navires les plus différents et sur tous les océans. Entre son premier embarquement en 1926 sur un antique vapeur et sa dernière grande navigation qui fut une traversée de l'océan Pacifique à bord d'un grand voilier école en 1978, il a péché la morue entre Terre-Neuve et le Groenland, participé aux convois et aux patrouilles anti sous-marins pendant la Seconde Guerre mondiale, navigué sur les paquebots prestigieux et les cargos modernes de l'après-guerre. A chaque fois, il rapportait une moisson de dessins et de gouaches, autant de travaux préparatoires à de grandes huiles qu'il brossait ensuite en atelier, à des affiches destinées à la publicité des armateurs, à des illustrations de livres ou de reportages voire de timbres. Cette oeuvre immense se trouve pour la première fois réunie dans un livre.:

Le Vin et la Mer

Le Vin et la Mer : A l'usage des épicuriens...

  • Au commencement était la mer. Quelles sont les régions viticoles de France où la mer n'a pas été présente ? Aucune, bien sûr ! Au premier rang des grands terroirs, Bordeaux, la Champagne, la Bourgogne, mais également le Val de Loire, le Languedoc, la Provence et bien d'autres encore. Le lien entre la mer et le vin se tisse dans le temps. Tous les gens de mer y ont leur place, ceux de la marine nationale, de la marine marchande, des marins pêcheurs, des plaisanciers...:

Capitaine Tempête

Capitaine Tempête.

  • Jean Bulot est l'une des grandes figures de la mer en France. Après avoir été officier de Marine marchande et voyagé au long cours, il a pris le commandement des remorqueurs de haute mer Abeille Languedoc et Abeille Flandre. Né en 1939 sur l'île d'Arz, l'île des Capitaines, dans le Morbihan, fils d'un commandant, il a vécu pour la mer et sur la mer. Ses Mémoires très attendus retracent à la fois son enfance bretonne, ses débuts comme pilotin, lieutenant le long des côtes d'Afrique et d'Amérique puis son engagement dans le remorquage de haute mer, ce métier si particulier exigeant de grandes capacités manœuvrières et un dévouement humain extrême. Scandalisé par le drame de l'Amoco-Cadiz, Jean Bulot participera au sauvetage de plusieurs pétroliers et contribuera à la sauvegarde du littoral français. Ami d'Olivier de Kersauson, auquel il porta secours, Jean Bulot est un merveilleux conteur du monde maritime. Bretagne, haute mer et sauvetage sont les trois sillons de ces Mémoires, écrits avec le sens de l'anecdote, du trait et de l'humour. Jean Bulot vit sur l'île d'Arz dans le golfe du Morbihan. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, publiés notamment au Chasse-Marée.:

Le Livre des tempêtes : A bord de l'Abeille

Le Livre des tempêtes : A bord de l'Abeille.

  • L'abeille Flandre et son homologue l'abeille Languedoc sont deux remorqueurs d'assistance et de sauvetage affrétés par l'état français, l'un à Brest pour défendre Ouessant et son célèbre "Rail" - l'autoroute maritime la plus passante et la plus dangereuse du monde -, l'autre à Cherbourg où les courants et les brumes ne sont pas moins exceptionnels. Durant deux hivers, Jean Gaumy, photographe membre de l'agence Magnum, et Hervé Hamon, écrivain (familier du bord, auteur de L'abeille d'Ouessant), ont partagé la plupart des opérations marquantes de la Flandre, notamment le remorquage, afin qu'elle ne s'écrase pas sur la côte, de la poupe du pétrolier Erika. En images et en mots, ils évoquent la zone des tempêtes qu'est la mer d'Iroise, le travail méticuleux des sauveteurs, les heures de veille patiente et les minutes d'adrénaline déchaînée. Leur livre est le livre du courage et de la peur. Le témoin, aussi, d'une culture maritime généreuse et vigilante. :